Peuple de France réveille toi

Publié le par Union du Peuple Français (UPF)

Plus de cinq millions de personnes sans emploi; sept millions de travailleurs pauvres; une économie en berne; une dette publique qui atteint des sommets; une souveraineté nationale en décomposition; un modèle social menacé; une classe politique qui, en majorité, a cessé de lutter contre les effets pervers de la mondialisation en remettant leurs prérogatives et ceux de l'état à Bruxelles; une Vème République de plus en plus dénaturée; une démocratie mise à mal par le bipartisme; un intégrisme religieux et un communautarisme de plus en plus présents sur notre territoire; un environnement qui se dégrade. Quel triste constat pour notre cher et vieux pays.

Face à cette société bloquée aucun camp ou clan politique ne souhaite trouver une solution. La lutte des partis empêchant notamment de résoudre tous ces problèmes, la droite comme la gauche et bien évidemment les extrêmes prônent une politique qui tend à diviser le peuple français. Hors, il n'y a pas des français de droite d'un côté et des français de gauche de l'autre, il y a un peuple français tout simplement.

Nous devons changer les mentalités, fonder une nouvelle société :

Une société qui verrait les ouvriers mieux impliqués dans la vie de leurs entreprises. Dans laquelle la création d'emploi serait facilitée.

Une société où le mépris et l'indifférence seraient remplacés par la compréhension et le respect. Dans laquelle la discrimination même "positive" serait refusée.

Une société qui rétablirait l'égalité des chances, la sûreté des français et dans laquelle la démocratie et la responsabilité seraient développées.


Tous ensemble nous devons concourir à défendre ces valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité qui sont les nôtres.

Nous vous proposons de nous rejoindre et de travailler ensemble autour des grands axes ci-dessous qui doivent nous permettre de changer notre société.


I. Promouvoir le rôle de l'état-nation et défendre les valeurs Républicaines.

Toute activité s'ordonne autour de la nation, collectivité de base incarnée par l'Etat, soudée par l'intérêt et un projet commun. Tout avenir est vain si la France n'a pas, pour la guider, un Etat qui en soit capable. Il n'y a pas de citoyenneté sans enracinement dans la Nation et sans attachement aux valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité.
Nous souhaitons un retour à l’esprit et surtout à la lettre de nos institutions qui avait permis l’établissement d’un Etat républicain capable de faire respecter l’ordre et la justice.

La France est une République Une et Indivisible cela n'est nullement transigable. La régionalisation a renforcé les pouvoirs locaux mais ne doit cependant pas créer des inégalités entre les régions et surtout entre les français, ni se subtituer au rôle de l'état.
Nous refusons toute révision de la loi de 1905 qui mettrait en danger les valeurs laïques de la République. De ce fait, tout intégrisme ou pouvoir religieux doit être refusé. La laïcité doit être défendue !

Nous devons combattre tout intégrisme qui pourrait représenter un danger pour le territoire ainsi que tout communautarisme et racisme.

II. Restaurer une véritable démocratie.

La Vème République n'est nullement responsable de la situation politique de la France. La réalité est que nos institutions ont sans cesse été modifiées. De 1959 à 1969 le gouvernement Pompidou a été à 2 reprises renversé par sa propre majorité, pourrait-on imaginer une telle situation de nos jours ?
Le régime des partis que le général de Gaulle dénonçait est de retour et sans doute encore plus fort que jadis, en cela aidé par des personnes qui se sont longtemps cachées derrière l'image du Général et qui continuent d'ailleurs à le faire, surtout en période d'élections.
Il est important de renforcer la démocratie.

Si l'on veut asseoir l'autorité de l'Etat tout en assurant la nécessaire séparation des pouvoirs, l'éxécutif ne doit pas émaner du Parlement mais procéder d'un Président en charge des intérêts permanents de la nation, arbitres placés au-dessus des partis et des contingences politiques, garant de l'indépendance nationale et nommant le premier des ministres qui, quant à lui, détermine et mène la politique de la nation.
Mais hélas le président est aujourd'hui devenu un super premier minitre mais également le chef d'un majorité. Le parlement, quant à lui, n'est plus qu'une assemblée de godillots dont le rôle est d'enregistrer les décisions.
Ce parlement doit retrouver son rôle principal et les prérogatives qui lui ont été enlevés notamment par Bruxelles tandis que le président de la République doit retrouver le rôle qui lui est destiné comme indiqué ci-dessus ! Car "le régime présidentiel à l'américaine n'est pas un régime fait pour la France" (Charles de Gaulle)

Pour restaurer une véritable démocratie, il est également important de fonder une société de participation : le conseil économique et social et le sénat doivent fusionner afin de construire une assemblée composée de toutes les forces vives de la nation.

Le peuple, seul véritable souverain, doit être consulté sur les sujets qui touchent à sa vie de tous les jours et au destin de la nation. Le référendum doit, également, devenir la seule voie pour modifier des domaines essentiels de la constitution telles que la souveraineté nationale ou l'indivisibilité de la République.

Dans le même sens de renforcement de la démocratie, le référendum d'initiative populaire doit être instauré.
Les médias et certains magazines de presse, contrairement au rôle qu'ils devraient tenir, ne sont nullement impartials. Aucuns de ceux-ci ne doivent à l'avenir être tenus par des groupes industriels proches des pouvoirs politiques. La démocratie doit également passer par la.

III. Maintenir l'Indépendance nationale et le rôle de la France dans le monde.

Notre pays ne saurait devenir dépendant ou à la solde d'une autre nation ou d'un organisme quelconque.
L'indépendance est le principe directeur d'une politique étrangère forte et respectée, aussi la France ne peut prendre part à l'action internationale que si elle est véritablement indépendante.
La France doit retrouver son rang, continuer à parler en son nom propre et à faire connaître les valeurs qui sont siennes à travers le monde.
Une politique de rapprochement avec les autres pays francophones doit être organisée conduisant vers la construction d'une coopération renforcée de nations francophones.

IV. Construire une Europe des Nations.

La politique de renoncement de nos gouvernants a conduit la France et l'Europe dans la situation que nous connaissons actuellement.
Le peuple français a fait entendre sa voix le 29 mai 2005, celle-ci doit être respectée.

La campagne référendaire a montré, notamment lors du débat sur le projet de "directive Bolkestein", que les Français refusent le principe même d’une construction fédérale supranationale qui de fait ne peut être qu'économiquement libérale.
Le peuple français ne saurait se voir imposer à l'avenir et en catimini un choix qu'il a lui même refusé.

Aucun peuple ne saurait renoncer à être lui même, dans un monde où chacun veut retrouver ses racines et son indépendance. Il est totalement utopique de penser que les peuples d'Europe accepteront de s'intégrer et de fusionner pour ne former qu'une nation fusse t-elle même fédérale.

Nous devons construire une Europe fondée sur la coopération libre des nations et des peuples et non sur une coopération forcée telle qu'elle se présente actuellement.
Il s'agit avant tout de se tenir en dehors de toute inféodation. Raisons qui ont conduit au compromis du Luxembourg voulu par le général de Gaulle, qui a eu pour effet de mettre en sommeil la règle du vote majoritaire au Conseil et de couper court aux débordements de la commission européenne.

V. Relancer l'économie du pays.

Le relance de l'économie doit être lancée notamment par une politique nécessaire de ré-industrialisation de la France.
Nous nous devons de mettre en place une réforme juste qui puisse à la fois garantir et sauvegarder notre modèle social tout en favorisant l'emploi. Cela passe par une taxe touchant les produits importés qui les feraient participer au financement de la sécurité sociale, réguler la mondialisation sur notre territoire et lutter contre la concurrence sauvage.

Une simplification des démarches administratives doit permettre de créer plus facilement son entreprise. Les PME et TPE ont une grande capacité à créer de l'emploi: il est important de les y aider.

Une réforme incitant les personnes les plus aisées à investir dans la recherche et les secteurs économiques du pays doit être faite.

VI. Associer le capital et le travail.

Mise en place d'une vraie participation afin d'associer les employés à la participation aux bénéfices, aux responsabilités et au capital de leur entreprise dans le but de réconcilier les Français entre eux d'aboutir à la fois à la justice et à l'efficacité.

L'instauration d'une véritable démocratie sociale au sein des entreprises permettra une meilleure concertation entre employés et patronat concernant notamment le temps et les conditions de travail. Favoriser la création de syndicats par branche et par entreprise facilitera également la transformation des rapports sociaux.

La participation est l'une des solutions pour améliorer la vie des travailleurs les plus modestes mais elle n'est sans doute pas la seule. L'intérêt du travail doit être à juste titre mieux récompensé.

Nous devons favoriser l'apprentissage tout au long de la vie et instaurer une sécurité professionnnelle.

Seule cette participation à l'effort et aux bénéfices qui en découlent, peut changer le monde du travail. Seule une lutte contre les inégalités dans le domaine salarial et un meilleur rapport employés-employeur peut établir une société plus juste.

VII. Mettre en place une véritable politique de solidarité.

La France ne peut se permettre de laisser de côté une grande partie de sa population.
Nous devons, par solidarité renforcée, lutter contre toutes les formes d'inégalité des chances et assurer une solidarité plus active envers les plus défavorisés, les handicapés et les personnes âgées. Pour autant nous ne devons pas inciter à l'assistanat, nous devons inciter à l'effort de tous dans la société.
Nous nous devons de défendre et de faire perdurer ce qui constitue les systèmes de protection sociale issus notamment du programme du Conseil National de la Résistance de 1944.

L'immigration non contrôlée est un problème qu'il faut résoudre. Si la France a vocation à être solidaire avec les autres peuples, "elle ne peut acceuillir toute la misère du monde". La mise en place d'une véritable politique de co-développement grâce notamment à une taxe sur les mouvements spéculatifs de capitaux (taxe "Tobin") doit permettre d'aider directement les pays pauvres. Un peuple qui vit dignement chez lui n'a nul besoin ni envie de quitter son pays. Une réforme du regroupement familial est également inévitable.

VIII. Maintenir l'Indépendance nationale et le rôle de la France dans le monde.

Notre pays ne saurait devenir dépendant ou à la solde d'une autre nation ou d'un organisme quelconque.
L'indépendance est le principe directeur d'une politique étrangère forte et respectée, aussi la France ne peut prendre part à l'action internationale que si elle est véritablement indépendante.
La France doit retrouver son rang, continuer à parler en son nom propre et à faire connaître les valeurs qui sont siennes à travers le monde.
Une politique de rapprochement avec les autres pays francophones doit être organisée conduisant vers la construction d'une coopération renforcée de nations francophones.

IX. Refonder une vraie politique familiale.

Remettre en place une vraie politique familiale longtemps abandonnée en France.
Nous devons faciliter l'accueil à la vie, redonner au rôle de parent au foyer sa légitimité et son honneur, responsabiliser ceux-ci sur l'importance de leur rôle en matière éducative.

X. Redonner à l'éducation ses lettres de noblesses.

L'éducation est un moteur essentiel pour garantir l'avenir et l'épanouissement de nos enfants aussi bien au niveau moral que professionnel. Il est important de restructurer un grand ministère de l'éducation nationale et de restaurer une réelle éducation civique.
Nous nous devons de rééquilibrer les programmes scolaires et de renforcer l'apprentissage du français afin qu'aucun élève n'arrive en 6ème sans savoir lire ou écrire correctement.

XI. Garantir la sécurité des biens et des personnes.

Le rôle de la France est de garantir le droit à la sécurité de son peuple aussi bien en ce qui concerne les menaces extérieures que l'insécurité intérieure.
Aucun acte de délinquance ou d'agression ne doit rester impuni : pour cela il faut réformer le Code pénal notamment envers les jeunes délinquants récidivistes, renforcer le suivi-éducatif, aider la justice à accomplir son devoir en augmentant ses effectifs et en donnant un rôle central et quotidien au juge de l'application des peines.

Les budgets de la défense nationale et de la justice ne doivent plus être sacrifiés.

XII. Refonder un service public de qualité.

Les politiques libérales opérées ces dernières années ont conduit au démantèlement d'une grande partie de notre service public notamment par la privatisation de plusieurs secteurs.
Il est important de re-nationaliser totalement GDF ainsi qu’EDF et de les fusionner. De maintenir tout en le réformant le mécanisme de la sécurité sociale afin que nous soyons tous égaux.

Comme pour le secteur privé, la mise en place d'une authentique politique participative qui réunirait les salariés et les usagers du secteur public doit être réalisée, réunion autour d'une gestion mutualiste qui a fait ses preuves dans d'autres secteurs économiques.

XIII. Mettre l'écologie au coeur des préoccupations.

L'écologie est devenue un problème essentiel de notre société. Il est urgent de responsabiliser les personnes et d'apprendre aux jeunes, dès leur plus jeune âge, à respecter l'environnement.
Nous devons faire responsabiliser les pollueurs par une réglementation généralisant le principe "pollueurs payeurs" et créer un corps de protection de l'environnement chargé de constater et de réprimer les infractions à la législation sur l'environnement.
Mais la véritable écologie ne peut être que mondiale car un pays ne peut changer à lui seul la politique environnementale de la planète.


C'est seulement à ces conditions que nous rendrons à la France les valeurs philosophiques et humanistes qui lui sont si particulières et que de nombreuses nations nous envient.
C'est seulement à ces conditions que le peuple français saura relever la tête.


Nous invitons tout les français approuvant en grande majorité ce manifeste à nous rejoindre. L'UPF se veut comme un large regroupement qui permettra à chaque personne de travailler sur un socle commun, afin de promouvoir cette société plus juste, plus libre, plus humaine et plus participative que nous désirons, sans pour autant rompre avec sa propre famille politique.

Il est temps que le peuple français se réveille. Aidez nous à faire entendre ce message.

-----------------------------------------------------------------

Manifeste de l'UPF remis à jour le 22 novembre 2007.


 

 

Publié dans u.p.f

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Peronito 04/12/2006 09:36

Ouah! Je crois que nous avons des choses à nous dire et que nous devrions nous entendre... Pourriez-vous nous en dire plus, voire me contacter?
Je vais lire votre blog avec intérêt en tout cas
Amitiés nationales